18 avenue Frédéric Mistral

34000 Montpellier

Tel: 07 82 03 82 75

Nous contacter par E-Mail

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
LES PIÈCES
Moi, Alfred Dreyfus

 A travers le journal qu’Alfred Dreyfus tient à l’île du Diable et les lettres échangées avec son épouse Lucie pendant ses cinq années de captivité, on peut suivre le parcours intérieur d’un homme injustement éclipsé par sa propre affaire, qui puise dans l’amour de sa femme et de ses enfants la force de résister et de se relever.

Dans cette « quête de lumière et de vérité », il n’aura de cesse de clamer son innocence.

Ce témoignage bouleversant et méconnu se révèle une formidable leçon d’humanité. 

Le Silence de la Mer

En pleine Seconde Guerre mondiale, un homme et sa nièce se voient forcés d’accueillir chez eux un officier allemand. A défaut de pouvoir s’y opposer, ils prennent le parti de s’emmurer dans le silence, de faire comme si l’étranger n’était pas là.

Cette pièce sur la désobéissance est un appel au réveil des consciences, au sursaut face à l’inacceptable.

Publié en 1942, ce texte de Vercors est dʼautant plus puissant quʼil a été diffusé dans la clandestinité. Lʼœuvre a dérangé, cʼest certain. Voir jouer ce classique apporte une dimension supplémentaire au texte déjà si fort.

Oui

Deux condamnés à mort, un juif et un ancien S.A., dans un camp allemand en 1944, vivent leur dernière nuit. Cette cohabitation éphémère entre deux êtres que tout  sépare, n'a d'autre but que de distraire quelques nazis qui ont promis la vie sauve à celui qui tuera l'autre. Alors que la violence pourrait être la réponse première à ce drame, l'auteur nous amène à porter un regard différent.

Nulle question de religion, la condition humaine est abordée en premier lieu. 

Huis Clos

Inès désire Estelle, qui est attirée par Garcin, lequel voudrait surtout qu’on lui fiche la paix !

Ce pourrait être le point de départ d’une truculente comédie romantique...

Seulement voilà : Inès, Estelle et Garcin n’ont rien de romantique, la scène se passe en enfer... et

« l’enfer, c’est les Autres. »

Ne nous y trompons pas : cette représentation Démarquée de l’enfer, où toute forme d’amour est impossible, nous engage à nous ouvrir librement aux autres pour mieux nous retrouver.